Le Zoobox selon Vertendre

La Tribune, 13 juillet 2014
Par Chloé Cotnoir

(Eastman) La Zoobox est un refuge. Pas un refuge au sens commun du terme avec un revêtement en bois rond, une lampe à l’huile sur la table et un poêle à bois pour se réchauffer. Plutôt un refuge dans le sens d’un petit cocon très douillet et luxueux, respectueux de l’environnement, niché dans la forêt à flanc de montagne.

La «boite» a commencé à accueillir ses premiers visiteurs cette année. «Avant même qu’elle soit prête, on avait déjà une liste de 200 noms pour les réservations», se réjouit Alain Chagnon, président de la société Vertendre à qui l’on doit ce nouveau type d’hébergement.

Si elle est si populaire la Zoobox, ce n’est pas uniquement qu’elle permet de s’évader quelques jours dans une luxuriante forêt où il est possible de faire autant de la randonnée pédestre, du vélo ou encore de la baignade; elle séduit également par sa conception intelligente et par son souci de l’environnement.

Entièrement autonome, la Zoobox utilise l’énergie solaire et éolienne afin de procurer toute l’électricité nécessaire aux occupants. De plus, le visiteur est sensibilisé à sa consommation d’énergie, notamment grâce au vélo producteur d’électricité. Oui, il est possible d’écouter la télévision ou encore de se faire du popcorn, mais à une seule condition : pédaler!

«On a voulu conscientiser les gens à l’énergie. Le vélo est un bon moyen. Ils vont pouvoir se rendre compte que la télévision n’en consomme pas beaucoup, mais que la machine à popcorn exige une vingtaine de minutes d’efforts. C’est une façon ludique de les sensibiliser», explique M. Chagnon.

Et les particularités qui font l’originalité de cette cabane ne s’arrêtent pas là : un lit principal qui descend du plafond grâce à un système de poulies pour ensuite rouler jusque sur la galerie, un spacieux bain qui en fait tout autant pour se transformer en spa extérieur, un mur complet de vitre qui s’ouvre pour ne laisser que trois murs sur quatre au refuge, une douche extérieure alimentée par l’eau de pluie ou encore un immense hamac qui borde le devant de la Zoobox et pouvant accueillir facilement une famille dans ses mailles…

Bref, tout a été conçu pour être un peu différent, un peu plus amusant. «On voulait avoir un produit différent de ce que l’on retrouve ailleurs», souligne le président de Vertendre. Mission réussie.

Pour répondre à la demande, deux autres Zoobox, version améliorée, sont présentement en construction. Elles devraient être prêtes à ouvrir leurs portes à l’automne.

Le coût d’une réservation varie selon la saison. En période estivale, il s’établit à 195 $ la nuit. Sachez qu’il est obligatoire d’effectuer un séjour de deux nuits pour pouvoir réserver la Zoobox. Pour plus d’information, consultez le site du Vertendre.